FIN DE VOLONTARIAT POUR MARION MALAVIEILLE, HUITIEME VOLONTAIRE ALCOTRA

publiée le 19.07.2021

Retour sur son expérience au sein du programme

Mon volontariat en tant qu’Interreg Reporter d’une durée de six mois touche à sa fin. Ce fut une expérience enrichissante, durant laquelle j’ai pu réaliser de nombreuses missions et découvrir une équipe accueillante et chaleureuse malgré le fait qu’une grande partie se soit déroulée en télétravail dû au contexte sanitaire actuel. J’ai aussi eu l’occasion de travailler avec d’autres jeunes impliqués sur la construction de la nouvelle programmation 2021-2027.

Ainsi durant cette période j’ai notamment mis en place une revue de presse hebdomadaire ainsi qu’un évènement de communication interne mensuel. J’ai, de plus, participé à la mise en place et communication du concours de storytelling jeunes. La création de brochures ainsi que d’articles pour le site internet ont aussi fait partie intégrante de mes missions principales. Cela m’a permis de découvrir des projets intéressants tels que le Projet PROSOL Femmes dédié à la thématique de l’égalité entre les femmes et les hommes, le projet original de parcours sensoriel de barefooting NAT.SENS ou encore le projet AdapPT Mont-Blanc avec sa vidéo impressionnante sur les changements climatiques en montagne.

J’ai, en outre, pu bénéficier de l’expérience de trois des anciens volontaires grâce à la réalisation d’une interview en visioconférence que nous avons ensuite publiée sous forme de podcast. Enfin, j’ai eu la chance de pouvoir suivre les phases d’élaboration de cette période charnière entre les programmations 2014-2021 et 2021-2027 ainsi que d’être en contact constant avec une équipe et des interlocuteurs français et italiens, me permettant de continuer à baigner dans cette double culture qui m’est chère. 

En ce qui concerne les compétences que j’ai acquises, l’utilisation constante d’outils tels que Canva, PowerPoint, Excel, Google Slide, Slido, Zoom, Bluejeans ou encore Skype m’ont permis de me familiariser et de les maitriser. J’ai par ailleurs gagné en créativité et compétences de mise en page, d’animation de réunions et entretiens, d’analyse et de résolution de problèmes.

Cette expérience de volontariat m’a permis de découvrir le fonctionnement du travail en collectivité territoriale et de voir concrètement que l’Union européenne n’est pas seulement une union politique ou économique mais qu’elle permet aussi de développer des actions et projets à plus petite échelle, améliorant la vie quotidienne de ses citoyens.

Ainsi, ayant fait des études liées à la fois à la culture italienne et à la médiation et promotion culturelle, je souhaiterais, dans le futur, appliquer au domaine de la culture les compétences en communication interne et externe développées et confirmées durant mon volontariat. L’idéal serait pour moi de pouvoir travailler auprès des associations ou organismes développant des projets culturels ou socioculturels entre la France et l’Italie pour y apporter mes compétences en communication et gestion de projets ainsi que ma passion pour l’Italie et pour les échanges entre nos deux cultures. 

Marion Malavieille