Retour au projet plan

Terres Monviso - IncL : Bien vieillir

Statut du projet
en cours
Thématique
Services sanitaires et sociaux
Date de début d’activités
12/06/2019

Localisation
Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Piémont

Résumé

Le projet simple Terres Monviso – IncL : Bien vieillir est une occasion unique, fournie par le Programme Alcotra, pour améliorer l’approche socio-sanitaire sur un territoire de haute et de très haute montagne.
Cette opportunité s’est concrétisée par une démarche italienne qui, dans un projet de loi, entend rapprocher les services sociaux et sanitaires et par une volonté locale française de pallier à l’éloignement des grands centres urbains situés en dehors de son territoire.
Le projet se décline à travers des actions concrètes permettant de rapprocher durablement les services à la population et a su rassembler des partenaires qui, pour la première fois, vont travailler ensemble au niveau transfrontalier :

  • Communautés de communes et Consortium de communes (CCSP, CCVUSP, CCGQ, CMS et CSA Cn);
  • la santé hospitalière (ASL Cn 1 et GHT des Alpes du Sud);
  • la société civile (CoDES 05).

En alliant la prévention et les soins et en tirant profit des nouvelles technologies, il s’adresse à la population résidente et double résidente (Aînés, Malades chroniques et Personnes fragiles).

Bénéficiaires


Chef de file

Communauté de communes Serre-Ponçon

Autres bénéficiaires

Communauté de communes Ubaye Serre-Ponçon
Italia Consorzio Monviso Solidale
Communauté de communes du Guillestrois et du Queyras

Voir le site internet

https://piter.terresmonviso.eu/

Contacter le chef de file du projet

Communauté de communes de Serre-Ponçon

Chiffres clés :

 

Budget total

Budget FEDER

Contreparties

ITALIE

823 529,50

700 000

123 529,50

FRANCE

823 529,50

700 000,07

123 529,50

TOTAL

1 647 059 €

1 400 000,07

247 058,93

Activités, Impacts et Résultats :

Le projet développe des activités autour de trois thématiques principales : la prévention santé, les interventions médico-sociales intégrées et la télémédecine.

Autour de la prévention santé, sont mis en place plusieurs réseaux d’acteurs du sanitaire, du social et du médico-social afin de permettre, à différents échelons, de coordonner les actions, notamment celles expérimentées, d’échanger sur les bonnes pratiques, de sensibiliser à l’innovation organisationnelle médico-sociale au centre du projet et de se former sur l’ensemble des aspects des expérimentations testées.

A ces membres actifs et associés, ainsi qu’aux aidants familiaux, seront proposées des formations continues, qualifiantes et parfois diplômantes, si nécessaire.

Deux approches de communication au grand public sont retenues pour améliorer la prévention santé : la promotion générale du concept global de la santé à titre préventif et la promotion des nouveaux services médicaux sociaux.

Les activités en prévention santé ont pour objectif d’améliorer la coordination entre les acteurs et leur formation et de sensibiliser les plus fragiles.

Le programme prévoir des interventions médico-sociales intégrées pour réaliser des tests de services dans la perspective de favoriser le maintien de l’autonomie des personnes âgées fragiles. Les résultats de ces expérimentations seront partagés entre l’ensemble des partenaires.

En parallèle, les partenaires souhaitent structurer un réseau de guichets uniques médico-sociaux. Dans cette action, il s’agit pour les territoires de structurer un lieu physique et les modalités opérationnelles pour structurer la prise en charge intégrée en faveur des populations âgées.

Le volet télémédecine se décline autour de deux activités. D’abord, la réalisation d’une étude comparée d’usage d’outils de télé-suivi des constantes de santé qui permettra de mesurer la compliance des patients en termes d’acceptabilité et des soignants, d’analyser l’efficacité de cette solution et de faire un recueil des incidents ou dysfonctionnements. Ensuite, il est prévu d’équiper en matériel de télémédecine des cabinets de montagne et de former du personnel médical dans le but de pouvoir garantir des interventions qui leurs sont spécifiques : urgences et spécificités sanitaires (médications, injections et perfusions…).