L’évènement annuel ALCOTRA 2019

publiée le 26.09.2019

Le patrimoine du col et les visites guidées 

Une des thématiques phare de l’évènement annuel 2019 du programme ALCOTRA étant le patrimoine du col du petit Saint-Bernard, une visite guidée fut inscrite au programme de l’évènement.
A ce titre, trois guides valdôtains de la nature ont été mobilisés lors de la journée du 28 août.

De 9h à 13h, ils ont conduit cinq petits groupes de 15 visiteurs chacun à la découverte du patrimoine exceptionnel de ce col, qui franchit la frontière entre la France et l’Italie.
Ainsi, le public a pu bénéficier gratuitement d’une balade d’une durée d’1h30, aussi bien en français qu’en italien, offerte par le programme ALCOTRA et découvrir ce magnifique lieu. Le programme a ainsi pu toucher le grand public des accompagnateurs des coureurs et des touristes venus au col pour la journée.

Lors de cette balade, ils ont pu découvrir :

  • Un vestige datant de l’époque préhistorique, mystérieux cercle de pierres dressées que les archéologues appellent « Cromlech ». Il s'agit du seul monument mégalithique de Tarentaise et il nous plonge dans l'âge du fer (725 à 450 av J-C) à la fin du néolithique. L’usage que pouvait bien avoir ce « Cromlech » reste encore un mystère.
  • La fameuse colonne de Joux (Jovet, Jovis génitif de Jupiter), colonne de marbre de 4,5 mètres de hauteur située au point culminant du col. Elle fût détruite par St Bernard de Menthon au 11ème siècle.
  • Les mansio romane qui témoignent de la présence des romains au col. Une mansio est un gîte d’étape situé le long d’une voie romaine. En l’occurrence, la voie reliant Milan à Vienne, nommée Alpis Graia. Le but de ces structures était de garantir aux voyageurs officiels un service confortable dans un établissement destiné au repos.
  • Le célèbre hospice du petit Saint-Bernard, construit au 9ème siècle par Saint-Bernard de Menthon pour y accueillir les voyageurs, qui a finalement retrouvé sa vocation d’origine après des décennies d’abandon ou d’usage détourné.
  • Le jardin Chanousia, véritable jardin alpin suspendu, né de la passion de l’abbé Chanoux qui résida à l’hospice à la fin du 19ème siècle, il compte à ce jour un millier d’espèces botaniques. Ce jardin fait partie d’un réseau de 8 jardins botaniques alpins français et italiens mis en place par le projet ALCOTRA 2014-2020 Jardinalp afin de développer l’offre estivale du tourisme alpin. Dans chacun de ces jardins, les visiteurs peuvent découvrir le patrimoine naturel alpin grâce aux parcours de découverte.

lire aussi: